Publications

L'OPEP et la Russie ne parviennent pas à s'entendre sur une réduction plus importante de la production de pétrole brut

10 mar 2020

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et la Russie n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur une nouvelle réduction de la production de pétrole brut afin d'en redresser les prix. Après que l'épidémie de coronavirus a freiné la croissance de la demande mondiale de pétrole prévue pour 2020, passant de 1,1 mb/j (prévision de décembre 2019) à 0,48 mb/j en 2020, les 14 pays de l'OPEP ont proposé une nouvelle réduction de la production de pétrole brut de 1,5 mb/j jusqu'au 30 juin 2020, à la prochaine réunion de l'OPEP et des pays non membres. Cette réduction aurait été appliquée au prorata entre les membres de l'OPEP (1 mb/j) et les pays producteurs non membres de l'OPEP, tels que la Russie, le Kazakhstan ou Oman (0,5 mb/j). Cependant, la Russie, qui n'aurait besoin que d'un prix de 42,4 $ US/b pour équilibrer son budget d'État (contre un prix moyen de 83,6 $ US/b pour l'Arabie saoudite), s'est montrée réticente à procéder à de nouvelles réductions de la production de pétrole et à perdre des parts de marché au profit de grands producteurs non soumis à des accords de réduction de la production, tels que les États-Unis. L'accord actuel sur les réductions de production de 2,1 mb/j expirera le 31 mars 2020 et ne sera pas prolongé. En outre, l'Arabie Saoudite a annoncé qu'elle augmenterait sa propre production de pétrole brut.

Ces décisions ont immédiatement entraîné une chute des prix du pétrole sur les marchés internationaux et une perte de plus de 30 % depuis le début de l'année 2020. Elles devraient entraîner une surproduction mondiale de pétrole et une chute des prix, au détriment des producteurs de pétrole américains, dont le pétrole brut a plus que doublé au cours des dix dernières années grâce au pétrole non conventionnel, mais qui ont besoin de prix supérieurs à 50 dollars américains le baril pour rentabiliser la production de pétrole de schiste et de pétrole de réservoirs étanches.

En décembre 2018, les membres de l'OPEP+ (regroupant les membres de l'OPEP et les producteurs de pétrole alliés) avaient convenu de réduire conjointement la production de pétrole brut de 1,2 mb/j à compter de janvier 2019, pour une période initiale de six mois, dans le but de soutenir les prix mondiaux du pétrole. Les réductions de production ont été réparties entre les pays de l'OPEP (0,8 mb/j, l'Iran, la Libye et le Venezuela étant exemptés) et les pays non membres de l'OPEP tels que la Russie (0,4 mb/j). En juillet 2019, les parties ont décidé de prolonger les ajustements volontaires de la production pour une période supplémentaire de neuf mois, du 1er juillet 2019 au 31 mars 2020. En février 2020, l'OPEP+ a accepté de réduire la production de pétrole brut de 0,5 mb/j supplémentaire jusqu'à leur prochaine réunion, début mars 2020. Cet accord a conduit à des ajustements totaux de 1,7 mb/j. En outre, l'Arabie saoudite a décidé de poursuivre sa contribution volontaire supplémentaire de 0,4 mb/j, ce qui a entraîné des ajustements de plus de 2,1 mb/j. La Russie a accepté un quota de 0,3 mb/j au cours du premier trimestre 2020, hors condensats de gaz.

 

Inscrivez-vous pour recevoir notre lettre d'information quotidienne


Global Energy Research vous intéresse ?

Ce service d'information en ligne d'Enerdata propose des rapports actualisés dans plus de 110 pays. Ces rapports comprennent des données et des analyses de marché essentielles, ainsi qu'un flux d'actualités quotidien, organisé par nos analystes énergétiques, sur les marchés du pétrole, du gaz, du charbon et de l'électricité.

Cet outil convivial vous donne l'essentiel sur les marchés nationaux de votre secteur, y compris la structure du marché, l'organisation, les acteurs, les projets et les perspectives commerciales.