Publications

Le G20 doit accélérer les réductions des émissions de GES pour atteindre l'objectif de 1,5°C

27 nov 2019

Le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) a publié son "Rapport 2019 sur l'écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions", qui présente les émissions actuelles et futures estimées de gaz à effet de serre (GES) et souligne les mesures à prendre pour limiter l'augmentation de la température mondiale à 1,5°C, comme convenu dans l'Accord de Paris en 2015.

Selon le rapport, les émissions mondiales de GES ont augmenté en moyenne de 1,5 % par an au cours de la dernière décennie, ne se stabilisant que temporairement entre 2014 et 2016, avant de se redresser pour atteindre un niveau record de 55,3 GtCO2eq en 2018. Les émissions de CO2 provenant de la consommation d'énergie et de l'industrie ont augmenté de 2 % en 2018 pour atteindre un niveau record de 37,5 GtCO2. Il n'y a aucun signe de pic d'émissions de GES dans les prochaines années, ce qui nécessitera des réductions plus importantes et plus rapides pour contenir le réchauffement mondial dans les limites fixées par l'accord de Paris : une baisse de 25% des émissions de GES entre 2018 et 2030 sera nécessaire pour limiter la hausse des températures en dessous de 2°C (une baisse de 55% pour rester sous 1.5°C). En effet, les réductions d'émissions de GES requises sont maintenant estimées à 2,7 % par an de 2020 à 2030 pour atteindre l'objectif de 2 °C et à 7,6 % par an pour l'objectif de 1,5 °C.

Étant donné que les pays du G20 sont responsables de 78 % des émissions mondiales de GES, leurs politiques en matière de carbone auront un impact considérable sur le réchauffement planétaire. Six membres du G20, à savoir la Chine, l'UE28, l'Inde, le Mexique, la Russie et la Turquie, devraient atteindre leurs objectifs NDC inconditionnels dans le cadre des politiques actuelles, et trois d'entre eux (Inde, Russie et Turquie) devraient avoir des émissions inférieures de plus de 15% à leurs objectifs. Au contraire, l'Australie, le Brésil, le Canada, le Japon, la Corée du Sud, l'Afrique du Sud et les Etats-Unis devront renforcer leurs politiques pour atteindre leurs objectifs NDC. Le rapport du PNUE estime que la mise en œuvre de politiques climatiques cohérentes à 1,5°C nécessitera de porter les investissements énergétiques à entre 1 600 et 3 800 milliards de dollars US sur la période 2020-2050.

 

Inscrivez-vous pour recevoir notre lettre d'information quotidienne


Vous recherchez une source de données énergétiques complète, et la plus à jour du marché ainsi que des information sur les émissions de CO2 ?

Alors le service Global Energy & CO2 data est fait pour vous! Nous fournissons une couverture mondiale des marchés du pétrole, du gaz, du charbon et de l’énergie ainsi qu’un aperçu détaillé de l’offre et de la demande nationales avec des données annuelles remontant à 1970.

Cette base de données sur l'énergie exploite plus de 200 sources de données officielles, qui sont traitées par nos analystes afin de fournir des ensembles de données parfaitement harmonisés et mis à jour tous les mois.