Publications

Enerfuture : perspectives énergétiques à l’horizon 2040

7 avr 2016

Trajectoires de développement du paysage énergétique mondial pour les 25 prochaines années

Les experts Enerdata de l’équipe Global Energy Forecasting viennent de publier leurs scénarios à l’horizon 2040, réalisés grâce au modèle POLES, mondialement reconnu.

Aperçu

Le monde de l’énergie évolue rapidement, orienté en particulier par le développement de politique (telles que les INDC actées lors de la COP21), mais également en raison de considérations économiques, géopolitiques, technologiques et sociales. Enerdata produit régulièrement des perspectives énergétiques, sur la base de scénarios, afin d’analyser et de prévoir l’offre et la demande d’énergie, les prix de l’énergie, ainsi que l’impact des politiques énergie-climat et leurs conséquences pour le secteur de l’énergie. Suite à la COP21 à Paris, Enerdata a renouvelé cet exercice.

Le scénario Ener-Blue fournit un aperçu des systèmes énergétiques à l’horizon 2040 basé sur l’atteinte des objectifs 2030 définis dans les INDC annoncés lors de la COP21.

Ener-Green explore les conséquences de politiques énergie-climat plus contraignantes visant à limiter l'augmentation de la température mondiale à environ 1,5-2 °C d'ici la fin du siècle.

Enfin, Ener-Brown décrit un monde où les ressources en combustibles fossiles sont abondantes et les prix de l’énergie durablement faibles ayant des conséquences sur l’ensemble du système énergétique à long terme.
Ces différents scénarios étudient les conséquences sur l’offre et la demande d’énergie, le mix énergétique, les prix de l’énergie par combustible et par région, ainsi que les implications sur les questions climatiques.

Key energy indicators by scenarios

Résultats

  • Dans le scénario Ener-Blue, le mix énergétique futur reste dominé par les combustibles fossiles, mais les politiques relatives au changement climatique, à l’efficacité énergétique et aux sources d’énergie renouvelable, prévues par les INDC, conduisent à une diversification vers d’autres sources d’énergie.  Entre autres, l’UE atteint les trois objectifs de son paquet « énergie-climat », tandis que la Chine et l’Inde développent leurs capacités renouvelables afin d’atteindre leurs objectifs renouvelables. Dans ce contexte international de politiques climatiques coordonnées, la hausse des émissions de CO2 ralentit. Cependant, les efforts définis dans les INDC ne sont pas assez ambitieux pour limiter la hausse de la température mondiale moyenne à 2°C d’ici 2050, mais ces efforts sont compatibles avec un objectif de 3-4 °C.
  • Dans le scenario Ener-Green une transition claire du système énergétique actuel est opérée, vers une décarbonisation à long terme, avec des efforts considérables sur l’efficacité énergétique, des prises de décisions pour supprimer les subventions accordées aux combustibles fossiles et une réelle émergence des technologies renouvelables. Ceci est rendu possible au moyen de politiques instaurées à la fois au niveau national et international et grâce à des contraintes strictes sur le carbone. Le déploiement des technologies bas-carbone joue un rôle majeur, soutenu par des efforts importants en Recherche et Développement afin de réduire leur coût et améliorer leur performance. Dans le secteur électrique, les renouvelables deviennent la principale source d’électricité vers 2040 ; on observe une adoption croissante des technologies propres dans le domaine du charbon et un déploiement de la CSC à grande échelle. Le nucléaire devient une option attractive. Les discussions de la COP21 ont été un succès et les gouvernements s’engagent à reprendre les négociations et réviser leurs objectifs de réductions des émissions tous les 5 ans. Ce nouvel « engagement vert » conduit à une réduction de moitié des émissions mondiales d’ici 2050.
  • Dans le scénario Ener-Brown, la production de l'OPEP continue d'augmenter pour maintenir sa part de marché tandis que l’essor du pétrole et du gaz non conventionnels en Amérique du Nord se poursuit et se propage vers d’autres régions du monde (Chine, Argentine…). Avec moins de tensions, les prix du gaz et du pétrole devraient rester faibles : les prix se rétablissent lentement de l’effondrement actuel, mais restent bien en deçà du niveau des dernières décennies. Les engagements énergétiques confirmés dans certaines régions, ainsi que l'innovation technologique favorisent un développement important des processus et des technologies à faible intensité énergétique. Les renouvelables se développent de manière importante mais les combustibles fossiles, bon marché, demeurent une source d'énergie compétitive et attractive. Sans un accord mondial, les politiques non coordonnées se traduisent par une forte croissance des émissions de CO2 à travers le monde et une augmentation de la température à travers le monde de +5-6°C d'ici la fin du siècle.

Conclusions

Le document présente en détail certains résultats liés au scénario Ener-Blue (INDC), ses impacts sur différentes sources d’énergie et régions géographiques, ainsi que les défis liés à sa mise en œuvre. Il montre également quels engagements supplémentaires sont nécessaires pour passer du scénario Ener-Blue au scénario Ener-Green (2°C) et présente les conséquences d’un scénario (Ener-Brown) où - en raison d’une abondance de ressources d’hydrocarbure à prix bas - celles-ci continuent d’être utilisées à grande échelle, même si en parallèle, d’importants efforts sont consentis en matière de développement durable.